09 août 2014 ~ 0 Commentaire

Suitee..

J’étouffai de rire. J’aurais donné n’importe quoi pour la voir dans cet état, en ce moment là. Elle était toute rouge, et son chignon bien soigné d’habitude était tout défait, les mèches virevoltaient dans tous les sens. Ses dossiers s’étaient éparpillés par terre, laissant les feuilles qui y étaient voler dans les airs puis atterrir  paresseusement sur le sol. Les élèves regardaient la scène avec amusement, poussant quelques fois quelques gloussement. Ils n’osaient pas rire à gorge levée, de peur d’être viré du lycée. La directrice tourna les talons, puis se dirigea vers son bureau en titubant, sous le regard amusé des élèves. Je m’assis à l’abri du soleil sous un arbre, mais le niais se dirigeait vers moi, avec un air blasé. Il se mit à parler, à parler et à parler. Comme je ne pouvais supporter ses bla bla, je mis discrètement mes écouteurs, le laissant parler tout seul.

Nathaniel: Alors c’est d’accord?

Moi: …

Nathaniel: Euh.. Je te parle..

Moi: Ouais ouais c’est ça.

Nathaniel: C’est oui?

Moi: Ouais ouais c’est ça.

Evidemment, j’avais dit ça par pur reflexe, autrement dit, je ne savait pas du tout de quoi il parlait. C’est donc en me posant des questions que je le vis partir en souriant, les élèves me fixaient bizarrement. J’enlevai mes écouteurs et les fixai un par un.

Moi: Beh quoi?

Ils se mirent à chuchoter entre eux. Le doute se formait dans mon esprit. Qu’avait-je donc dit? J’haussai les épaules, regardai ma montre, puis me levai. J’avais deux heures de perm. Un record pour le premier jour! Du moins..Je le crois.Je m’apprêtais à me diriger vers un petit coin reculé, attendant quelques petites minutes avant d’aller en perm’, mais une main ferme se posa sur me bras.Je me retournai pour voir « l’agresseur » et me rendis compte que c’était Castiel.

Moi: Aaah gros dur! Tu comptes mal, c’est pas le bon mom..

Castiel: La ferme. J’ai un compte à regler avec toi, gamine.

Moi: *furstrée* Gamine?

Si il y à bien un mot que je deteste, c’est gamine. Je lui lançais un regard plein de froideur. Limite, il y avait de la neige et de la pluie qui s’y reflétaient.

Castiel: Ouais, gamine.

Il leva le point, prêt à me taper. Mais une voix retentit derrière Castiel. Ah! C’était le mec aux cheveux blancs qui était de rêver en cours.

???: Arrête Castiel, ne fais pas de betises.

Castiel: Dégage Lysandre, c’est pas tes oignons!

Au moins je savais son prénom.

Lysandre: Arrête.. Ce n’est qu’une jeune fille! Elle ne pourrait pas se défendre!

Je frissonnai. Au moins, il n’avait pas dit  » Gamine » ou « enfant ». Je lui lançais un regard de défi.

Moi: On parie?

Lysandre me jeta un regard interloqué.

Moi: Je prends ça pour un oui.

Je dégageai mon bras, et me baissai pour éviter le coup de poing qui devrait être en ce moment sur la figure. Un troupeau de moutons (ce qui veut dire de lycéens) s’attroupèrent et nous encerclèrent, en jetant des regards interrogateurs à leurs voisins. Je donnai à Castiel un bon coup de pied dans vous savez où, puis lui donnai un coup de poing au ventre, avant De le pousser avec un pied, pour le laisser tomber sur l’herbe. Il gémissait tellement qu’il me faisait presque de la peine.

Moi: Beh alors.. T’es fatigué?

Castiel: GNNNNN…..

Il se tordait de douleur. Les coups à la partie intime était décidément très douloureuse. Je me mis à rire d’un rire cristallin.

Moi : Règle numéro 1 pour survivre : Ne jamais attaquer une jeune fille qui est une experte en combats.
Oui oui, je fais du judo, du karaté, du kung fu… Bref. Toutes sortes d’activités sportives. (j’ai aussi fait de la gym, je suis donc très souple) Il régnait un silence de mort. Je m’avançai pour entrer dans le bâtiment, et les élèves se mirent de coté pour me laisser passer. Je m’avançai rapidement pour ouvrir la porte de la salle de perm, puis pour m’y engouffrer. J’y vis Armin. Je pris un petit air boudeur, avant de m’asseoir à coté de lui et de détourner la tête. Il se mit à rire.

Armin: Coucou Morgane.

Moi: J’te boude. Méchant.

Il prit un air faussement innocent.

Armin: Mais j’ai rien fait!

Il s’approchait de moi.

Moi: Si ;c

Je tournai la tête pour lui faire face, et me retrouvai nez à nez avec. Nous sommes devenus tous rouges, puis nous avons détourné notre regard.

Moi: >///>

Armin: -///-

Moi: Bref.. *pose ses pieds sur la table, et ferme les yeux* Tu vas me la rendre ma Psp?

Armin: *en riant* Peut-être..

J’ouvrai ls yeux puis lui sautai dessus.

Moi: QUOII?

 

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Nekochan |
tenshin |
Histoire, géographie, éduca... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ADIRP de l'AUBE
| Henri Maitre
| histoiregeoenligne